Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 06:11

Photos--publies-4-0914.JPG6- Cité de la voile à Lorient

Aujourd'hui

Pen Duick appartient maintenant à Marie et Jacqueline Tabarly qui ont confié son entretien et sa gestion à l'association Éric Tabarly. Il participe aux régates de voiliers classiques en Atlantique et aux rassemblements des Pen Duick. Il est mené par un marin professionnel et embarque chaque saison un équipage de marins bénévoles en formation.

La Cité de la voile Eric Tabarly est un centre d'exposition multimédia situé à Lorient   Elle présente, de manière vivante et didactique, les méthodes de construction des voiliers modernes et plus anciens, ainsi que les récits et techniques de la navigation à voile tout en offrant la possibilité d'expérimenter des sorties en mer. Elle est aussi le port d'attache de la plupart des Pen Duick que l'on peut y observer lors de chacune de leurs escales à Lorient.

P1070516.JPGLa Cité de la voile a ouvert ses portes en avril 2008. Initiée, immédiatement après la disparition d'Éric Tabarly, par un projet de la famille et des amis du navigateur, comme l'explique, dans le livre qui lui est dédié, son épouse Jacqueline.

La cité de la voile est situé à proximité de la base de sous marin construit par l’armée allemande pour être leur principale base sous marine de l’atlantique.

Ces structures en béton armé étant indestructibles sont transformées en pôle course pour quelques équipes telles que Banque Populaire, Groupama, Foncia, …

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 06:45

33690399480_ca1a3df315_o_width-height-1-.jpg5 - Disparition d’Eric Tabarly

En mer d’Irlande  en compagnie de quatre passagers peu expérimentés

Il  fait sombre, le temps est couvert et la mer est formée Il est 22-h-30, quand Eric Tabarly décide d'amener la grand-voile et de gréer la voile de gros temps. Tout le monde est sur le pont,  à la manœuvre.

Il faut saisir la voile dès qu'elle aura été affalée. Il y a alors ce coup de roulis, de tribord à babord. «Eric, se trouvant à ce moment-là en train de saisir la voile, debout sur le capot de descente, a été heurté à hauteur de poitrine et projeté à la mer».

Dans cette mer noire, agitée, avec des creux d'au moins trois mètres, Eric Tabarly appelle au secours.

Le bateau s'éloigne

Ses compagnons lancent une bouée. En vain. C'est vrai, Eric, pour la manœuvre, n'était pas attaché ; ce n'était pas dans ses habitudes de l'être, au marin. Il ne portait pas non plus de gilet de sauvetage ;

Et maintenant, secoué et livré au vent, «Pen Duick-I» s'éloigne de lui.

A peine savent-ils faire le minimum, les quatre, sur ce bateau sans maître. Ils parviennent à affaler toutes le voiles et à mettre en marche le moteur, pour rebrousser chemin.

Ils se dirigent vers l'est, «dans l'espoir de rencontrer un bateau». Erwan poursuit : «A 7-heures du matin, nous apercevons un voilier et un navire de commerce. Nous déclenchons une torche de détresse. Les deux bateaux se déroutent vers nous». C'est le voilier, un yacht australien, le «Longoborda», qui les recueille.

. C'est du voilier que l'alerte est donnée, que l'assistance est demandée «pour un homme à la mer». Des messages sont envoyés à tous les bâtiments qui pourraient doubler l'extrême pointe du Pays de Galles. Mais huit heures, déjà, sont passées.

Il disparaît en mer d’Irlande au large du Pays de Galles, dans la nuit du 12 au 13 juin 1998, alors qu'il convoyait en équipage Pen Duick pour un rassemblement de voiliers construits sur plans Fife en Écosse. Le 20 juillet 1998 son corps fut retrouvé aux environs de Waterford (Irlande) par des pêcheurs

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 00:00

080604cal-tabarly-2-.jpg4 – Palmarès et innovations techniques de Tabarly

Palmarès

Transat anglaise en solitaire (OSTAR) : 1964 avec Pen Duick II

Morgan Cup : 1967 (Pen Duick III)

Gotland Race : 1967 (Pen Duick III)

Channel Race : 1967 (Pen Duick III)

Fasnet : 1967 (Pen Duick III) et 1997 (Aquitaine Innovation)

Plymouth-La Rochelle : 1967 (Pen Duick III)

Sydney-Hobart: 1967 (Pen Duick III)

Transpac San Francisco-Tokyo (Transpacifique) : 1969 (Pen Duick V)

Falmouth-Gibraltar: 1971 (Pen Duick III)

Los-Angeles-Tahiti : 1972 (Pen Duick III)

Première étape de la Whibread "Le Cap-Sydney" : 1973 (Pen Duick VI)

Bermudes-Angleterre : 1974 (Pen Duick VI)

Triangle Atlantique : 1975 (Pen Duick VI)

Transat anglaise en solitaire (Portsmouth-Newport) : en 1976 avec Pen Duick VI.

Record de la traversée de l’atlantique nord à la voile d'Ouest en Est (New York-Cap Lizard), en battant le record de la goélette Charlie Barr en 1905 : En 1980  en 10 jours 5 heures 14 minutes 20 secondes sur Paul Ricard

Transat Jacques Vabre (Le Havre-Carthagène) avec Yves Parlier : 1997 (Aquitaine Innovation)

Transat en double Lorient-les Bermudes-Lorient : 1979 deuxième avec Marc Pajot sur Paul Ricard

Transat en équipage Lorient-Saint-Pierre-et-Miquelon-Lorient : 1987  deuxième sur Côte d'Or

Transat anglaise : 1984 - troisième sur Paul Ricard

 

 

L'influence de la vie de Tabarly

Éric Tabarly marqua plusieurs générations de navigateurs et de coureurs hauturiers. En effet, il a véritablement créé une « école française » de la course au large, en prenant à son bord et formant de nombreux équipiers qui s'illustreront par la suite

hydoptere-1-.jpgHydroptère expérimental Un prototype expérimental a été réalisé en 1976 pour Éric Tabarly à partir d'une coque de Tornado de 6 m de long munie de foils, pour tester le concept Hydroptère de sustentation totale du voilier par des foils. Cette configuration ne pourra pas être retenue pour le projet Pen Duick VII qui deviendra le Paul Ricard, mais sera reprise plus tard par pour l’Hydroptère d’Alain Thébault  qui détient le record du monde de vitesse à la voile (51,36 noeuds, près de 100 km/h).

 

tabarly-disparition_381-2-.jpgPaul Ricard (1979) : en 1975, Éric Tabarly, accompagné par une équipe d'architectes navals et une équipe de la société Dassault, conçoit un trimaran équipé de foils. En 1979, Paul Ricard qui accepte de financer le projet. Ce trimaran de 16,50 mètres en aluminium Avec ce bateau, Éric Tabarly bat en 1980 le record de traversée de l'Atlantique Nord détenu depuis 1905 par la goélette Atlantic de Charlie Barr, ouvrant ainsi la course aux records de traversées effectuées par les multicoques.

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 07:52

3 - Les autres Pen Duick

Pen-duick-II.jpgPen Duick II(1964, 13,60 m): Le plan de voilure de ce grand ketch est suffisamment équilibré pour pouvoir être manoeuvré par un homme seul. C'est la première fois qu'un navigateur fait dessiner et construire un voilier spécifique à la Transat en solitaire.

Éric Tabarly remporte la Transat anglaise de 1964 en 27 jours devant F. Chichester, le vainqueur de l’édition précédente.

Un plan de G. Costantini construit dans son chantier à Saint-Philibert Pen Duick II a permis à Éric Tabarly d’accumuler une grande expérience en tout juste deux ans et servira de base à l’élaboration de Pen Duick III.

pen-duick-III.jpgPen Duick III(1966, 17,45 m): Coque en aluminium, quille à bulbe (pour baisser le centre de gravité), gréement de goélette, c'est le plus titré de la dynastie des Pen Duick. Conçu pour courir la transat en solitaire de 1968 mais aussi pour les courses en équipage. Dessiné par Eric Tabarly et construit au Chantier la Perrière à Lorient. L’année de son lancement, en 1967, il est fait champion du RORC en gagnant toutes les courses auxquelles il participe. C’est aussi le début du sponsoring pour clore le budget de construction. Depuis lors, il continue de courir sur toutes les mers du globe en équipage ou en solitaire, de la Transat au Vendée Globe en passant, la Route du Rhum et Lorient Les Bermudes Lorient. Il participe en 1977/1978 à la Whitbred (course autour du monde en équipage) sous le nom de Gauloise avec Eric Loizeau comme skipper. Il était, alors, gréé en ketch (le mât arrière plus court)

 

Pen-Duick-III-25.jpgPen Duick IV: (1968)  trimaran , premier des multicoques de corsede course, dessiné par André Allègre, en aluminium de 20,80 mètres, gréé en ketch, Construit, au chantier la Perrière à Lorient  il possède de nombreuses innovations : des mâts ailes pivotants avec des grands-voiles entièrement lattées, des bras de liaison en tubes d’alu reliant des flotteurs symétriques à la coque centrale

Ce voilier fut vendu en 1970 à  Alain Colas, qui le rebaptisa Manureva. C'est avec ce bateau que Colas a gagné la transat 1972. Il disparaît pendant la 1ère Route du Rhum avec Alain Colas le 16 novembre 1978.

 

penduick-V.jpgPen Duick V  (1969) : C'est un sloop de 10,60 mètres le premier voilier de course à ballasts dessiné par Michel Bigoin et Daniel Duvergie, avec la forte implication d'Eric tabarly, pour le concept des ballasts et le dessin des appendices, aux lignes de carène tendues, large et léger, peu lesté mais équipé de ballasts pour augmenter la stabilité.

Un prototype conçu spécialement pour la course en solitaire de 1969 : la Transpacifique de San-Francisco à Tokyo.Avec ses formes planantes, sa quille étroite, son petit bulb et ses ballasts, ce bateau préfigure les 60 pieds du Vendée Globe Challenge.

Pen-Duicik-VI.jpgPen Duick VI  (1973) : ketch de 22,25 mètres en aluminium, conçu par l'architecte André Mauric, équipé d'un lest de quille en uranium appauvri, remplacé par la suite par un lest en plomb et caractérisé par une queue de malet sur le tableau arrière (petit bout dehors) pour fixer le patatras (câble retenant le mat vers l'arrière). Pen Duick VI gagna plusieurs records de traversée lors de ses différentes courses, démontrant de très bonnes qualités marines et de vitesse. Conçu spécialement pour la première course autour du monde, la Whitbread de 1973-1974.

Pen Duick VI est construit en un temps record par l’Arsenal de Brest pour être présent sur la ligne de départ. En 1974, Les Bermudes – Plymouth est la première des nombreuses courses que le ketch gagnera, comme en 1976, le Triangle Atlantique et la Transat en solitaire en juin. Cette course est sans aucun doute, la plus dure qu’Éric Tabarly ait jamais courue en affrontant cinq tempêtes consécutives à bord d’un voilier conçu pour 14 équipiers sans pilote automatique (tombé en panne quatre jours après le départ). Au XXIe siècle, Pen Duick VI continue de parcourir toutes les mers du monde en école de voile, Islande, Groenland, Antilles, Patagonie, Antarctique

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 06:21

P1704_080613-1-.jpg2- Eric Tabarly et ses travaux sur le Pen Duick

Éric Tabarly est né le 24 juillet 1931 à Nantes

En 1952 , il s'engage dans la Marine Nationale. Il est admis à comme pilote dans l'aéronautique navale puis en 1958, à l'École des Élèves Officiers de Marine (EOM), dont la scolarité se confond avec celle de l'Ecole navale et où il se distingue entre autres par ses capacités sportives.

 Après sa sortie de l'École d'Application des enseignes de vaisseau à bord du croiseur-école Jeanne d’Arc,il embarque à Cherbourg en juin 1961 comme officier en second

Souhaitant participer à la OSTAR Transat Anglaise en solitaire sponsorisée par le journal l'Observer ( Observer Single-handed Trans-Atlantic Race) de 1964, il est mis, sur sa demande, en détachement spécial par la Marine nationale, ce qui lui permet de naviguer librement tout en restant officier d'active. Avec l'aide des architectes Gilles et Marc Costantini, il conçoit spécialement le Pen Duick II, Ketch de 13,60 mètres, avec lequel il remportera la course en franchissant le premier la ligne d'arrivée à Newport le 18 juin 1964 à 10 h 45, en particulier devant Francis Chichester le grand favori. À la suite de cet exploit, il conteste la suprématie anglaise et fait redécouvrir la course au large à la France

Pendant ce temps, faute de pouvoir payer les travaux sur Pen Duick, son père le met en vente. Comme il ne trouvait pas d'acheteur, Éric persuade son père de le lui donner.

Pen duickAlors qu'Éric est à l'Ecole navale de Brest, il s'entraîne à bord pour participer à des régates en Angleterre en 1960-1962. Le bateau termine ses rénovations au chantier Raymond Labbé en 1983 à Saint-Malo

Ce n’est que quelques années plus tard, quand Éric peut s'occuper de son bateau, il constate que la coque de son voilier est pourrie. Ne pouvant financer les travaux par un chantier, Éric décide de sauver lui même son bateau : il refait une coque neuve en appliquant des couches successives de tissus de verre et de résine polyester sur l'ancienne coque utilisée comme un moule mâle. La construction en polyester était à ses débuts, jamais on n'avait construit de voilier aussi grand et lourd. C'était la plus grande coque de ce type à cette époque.

 

En 1984, Éric Tabarly épouse Jacqueline ; ils ont eu une fille, Marie Tabarly, née en Aout 1984.

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 10:29

Willia-Fife.jpg

 1 -Construction William Fife et achat par Eric Tabarly

La saga des Pen Duick commence en Ecosse dans le petit village de Fairlie dans l’estuaire de la Clyde  en 1898 par la conception d’un voilier de 15m10  par l’architecte naval William Fife, troisième du nom.

William Fife III (1857-1944),  faisait partie de la troisième génération d'une famille d'architectes navals et de constructeurs écossais. Établi dans un chantier sur la plage du village, Fife commença la construction de yachts  et surpassa vite les réalisations de son père et son grand-père jusqu'à devenir l'un des principaux architectes navals du moment.

Après le succès de son bateau Dragon (1888), Fife adopte un dragon stylisé comme emblème ; les bateaux sortant de Fairlie deviennent ensuite reconnaissables à ce logo.

Le chantier Fife acquiert également une réputation pour la qualité extrême de la construction de ses bateaux. On reconnaît actuellement qu'il y a un peu moins de 100 bateaux Fife encore en existence dont 50 environ naviguent toujours.

 Parmi les plus grands, on trouve Altair (1931), Belle Aventure (1929), Cambria (1928), Halloween (1926), The Lady Anne (1912), Moonbeam III (1903), Moonbeam IV (1920), Mariquita (1911) et Tuiga (1909) qui courent encore les régates  européennes

Fife conçoit deux voiliers pour la Coupe de l’América commandés par le magnat du thé Thomas Lipton, qui courut la Coupe cinq fois.

Il meurt en 1944, sans s'être marié et sans héritier ; Le chantier continua sous la direction de son neveu mais n'atteignit jamais la renommée de son oncle.

2012-12-16_205540.jpgDragon emblème de Wiliam Five

 

« Yum » est un cotre aurique de 17m60 hors tout (Coque de 15m10), conçut par William Fife, il sera construit au chantier Gridiron and Workers Carrigaloe, près de Cork en Irlande pour, son premier propriétaire Adolphus Fowler . Guy Tabarly, le père d’Eric, l’achète en 1938 à la famille Lebec de Nantes.  , et devient son quatorzième propriétaire

En breton Pen Duick signifie "Mésange à tête noire". (Pen = Tête, Du = noir, Ick est la contraction signifiant petit)

Éric Tabarly découvre la voile à l'âge de trois ans à bord d' « Annie », le bateau familial.

A la demande d’Eric Son père qui cherche à vendre  Pen Duick  à cause de travaux trop onéreux à réaliser lui cède  en 1952.

Eric est âgé de 21 ans et c'est à son bord qu'Éric a appris à naviguer

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 06:15

P1030289.JPG

 

Le Cormoran est un sloop houari de 4m50 à dérive et lesté.
Son ancêtre, est apparu en 1922. Originaire de la baie de Morlaix, il est directement inspiré des canots de pêche locaux. Dès 1934 un club se constitue et choisit le cormoran comme emblème. Les premières jauges apparaissent dans les années 30.

 

 

Le Cormoran est un bateau très marin, raide à la toile et fortement toilé. Ses entrées d'eau bien larges lui permettent de passer aisément dans une mer hachée ou dure. Il ne craint pas les coups de vent de force 6 à 7, fréquents en Bretagne nord. Il remonte au vent étonnement bien.

 

 embpet-1-.jpg

 

4 personnes prennent aisément place à bord bien que les régates se fassent généralement à 3 équipiers
Il est assez facilement mâté et mis à l'eau par 2 personnes.

 

Le Sloop houari est grée avec une corne très apiquée (c’est-à-dire relevé contre le mât)  alors que dans le gréement de sloop franc la corne est peu apiquée et une voile de flèche est prévue

 

 

 

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 05:54

Photos--publies-4-2014.JPGLa Jangada est un bateau de pêche traditionnel, fabriqué en bois dans le nord est de la côte brésilienne.
Ce bateau est réalisé comme un radeau à partir de quelques troncs d'arbres grossièrement équarris et assemblés par des cordages et des chevilles. Il est muni d'un gréement amovible constitué d’une voile latine très maniable.

Dans les années 70, on en dénombrait environ 3500, seuls quelques exemplaires sont encore utilisés aujourd’hui

 Deux sortes de bancs sont implantées sur le pont : l'un maintient la mâture, l'autre sert au barreur pour soutenir une longue rame qui sert de gouvernail.
Selon l'importance du radeau 4 à 8 personnes peuvent y embarquer. Les pêcheurs pouvaient partir ainsi à plusieurs pendant trois jours à bord de ce dériveur sans autre cabine qu’une cale à poissons.

Photos--publies-4-2019.JPG

La toile en coton nécessite d’être aspergée régulièrement  pour resserrer la toile, la rendre plus étanche à l’air et gagner de la prise au vent pour prendre de la vitesse. Les jangadas sont parfaites pour remonter les courants.

Invitées d’honneur en 2004, quelques Jangadas sont présentent depuis à chacune des fêtes maritimes de Brest, maniées par des pêcheurs Brésiliens.

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 07:32

Photos--publies-4-2355.JPG

Bien sûr il ne s'agit pas du Muscadet qui coule à flot mais bien du Muscadet qui vogue sur les flots.

Le Muscadet est le nom d'un petit voilier de croisière côtière conçu par Philippe Harlé  en 1963. Avec le Corsaire et le Vaurien, il est l'un des voiliers en contreplaqué ayant permis l'essor de la plaisance en France.

Il a été construit à plus de 900 exemplaires. Si le Muscadet est un voilier de croisière côtière, ilreste davantage tourné vers le large que les autres voiliers de même taille.

Dans les courses, il ne se distingue pas particulièrement.. Il reste pourtant relativement rapide par rapport aux standards de l'époque grâce à sa raideur à la toile et à sa maniabilité.

Il s'attire de nombreuses sympathies en tant que bateau de croisière, réputé pour sa solidité, son aspect convivial et familial, à tel point que  « l'Association des Propriétaires de Muscadet » est crée en 1987.

Il ne coûtait que 9 500 francs à sa sortie, très prisé encore aujourd’hui sur le marché d’occasion car sa structure en bois est facile à l’entretien et aux aménagements.

Le Muscadet possède des lignes sans élégance et relativement peu performantes, ce qui lui a valu le surnom de « vilain petit canard ».

À l'intérieur, la cabine dispose d'une double couchette en V à l'avant séparée de deux banquettes à l'arrière par une petite cuisine sur bâbord et d'une table à cartes sur tribord. Les banquettes arrière servent de carré et de couchettes supplémentaires, permettant à quatre personnes d'y vivre. La cuisine est équipée d'un simple réchaud sur cardan.

Le jeu de voiles de base comprend un génois léger, un foc, éventuellement deux autres focs, un tourmentin et même un spi.

Ce petit croiseur de 6.40m, de hautes mers, sûres et marines, est une référence pour les navigateurs. Le Muscadet a été élu VOILIER DU 20 ème SIÈCLE par le magazine Voiles et Voiliers.

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 05:57

452px-Sinagot-les-trois-freres[1]Ce bateau du golfe de Morbihan est plus précisément lié aux habitants de cette commune.

Le Sinagot, appelé "bateau de Séné" ou "chaloupe de Séné" sur les rôles de bords, est une chaloupe, c'est-à-dire une unité gréée avec deux mâts, portant deux voiles au tiers, à arrière pointu.

 Au XIXème siècle ces bateaux étaient construits exclusivement sur la commune de Séné et les pêcheurs Sinagots restaient pêcher tout près de chez eux

Le plus petit mât, le mât de misaine est situé à l'avant du bateau, près de l'étrave et porte la plus petite voile : la misaine. 
Le grand-mât, ou mât de taille-vent est placé au centre du bateau, et soutient la grand-voile ou taille-vent.
Ces mâts ne sont pas maintenus par des haubans Le grand-mât est calé par le bau, sorte de banc placé en travers et au milieu du bateau. Quant au mât de misaine, c'est la « guirlande », pièce de bois, placée sous le pont de la petite cabine avant appelée « bi », qui remplit cette fonction d'étambrai. Les voiles du Sinagot de la seconde moitié du XIXème siècle sont de forme rectangulaire, et teintées en rouge brique. On les appelle « bannières ».

La coque est faite en chêne et noircie au Coaltar (Sorte de goudron) .
En plus d'être pointue aux deux extrémités, la principale caractéristique de cette coque est son faible tirant d’eau tirant, lui permettant de se faufiler au-dessus des hauts fonds du golfe du Morbihan
  
Le dernier Sinagot construit pour la pêche est "Les 3 Frères" en 1943.
110617040042488198-1-.jpg
Mais pour témoigner de ce patrimoine maritime, l'histoire du Sinagot ne s'est pas arrêtée là.

Le « Souvenir » en 1887  réplique du « Souvenir » de 1883 se trouve aujourd'hui au musée du bateau, à Douarnenez.

Quatre ont été construit par le chantier du Guip :

« Ma préférée »en 1981 ex « Nicolas Benoit »,

« Mab er Gup » en 1985 réplique du « Vainqueur des Jaloux »de 1933,

« Crialéïs » en 1990 réplique du « Jouet des Flots »de 1933

« Jean et Jeanne » en 1990 réplique du « Jean et Jeanne » de 1905

 

Avec le dernier né le Joli vent lancé en 2009  et  « Les trois frères » (Classé monument historique)  construit en 1943  et restauré en 1992, on dénombre  ainsi six Sinagots  toujours présents sur les eaux du golfe du Morbihan.

Repost 0
Published by libre necessite - dans Voile et Voiliers
commenter cet article

Présentation

  • : Libre nécessite
  • Libre  nécessite
  • : "Venant d’un petit coin de moi même que j’affectionne particulièrement, juste à la lisière de l’âme, lieu secret de mes enchantements passagers" Louis Calaferté
  • Contact

Romans

img522.jpg      img521.jpg      img520-copie-1.jpg

 

Texte Libre

<!--************CODE GEOCOUNTER************-->
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/actualites_par-theme.php?compte=342271291005"  target="_blank"><img src="http://geoloc9.geo20120530.com/private/geocounter.php?compte=342271291005" border="0" alt="par theme"></a>
<br><a href="http://www.icisonneries.com/sonneries/">sonneries</a>
<!--************END CODE GEOCOUNTER************-->