Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 11:04

 

 

  img366

 

 

Chaque jour à toi je pense

Mon double, ma copie.

Tu es mon évidence,

Le phare de mes nuits.

 

Chaque jour à toi je rêve,

De dévorer tes seins

De déguster tes lèvres

Et caresser tes reins.

 

Chaque jour en moi tu vis,

Le goût de nos ébats

Attise mon envie

De dormir dans tes bras.

 

Chaque jour pour toi je vibre.

Je reviens de si loin,

Et je me sens si libre

Tout cela par tes soins.

 

Chaque jour un "Nous" grandit

Sans trop vouloir y croire,

Nous sommes tout étourdis,

De retrouver l'espoir.

 

Chaque jour….

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 09:18

 P1000424

 

 

Comme une algue de terre

Nourrie à l’air du temps

En enlaçant la pierre

S’étale patiemment

 

Habiller les rochers

De belles couleurs marines

Comme mousse séchée

Que l’amour enracine

 

Discrets sur les chemins

Sur Les haies et les murs

Compères armoricains

De nos belles clôtures

 

En craquelures grises

Ils dessinent des fresques

Que la lumière irise               

 En monde romanesque      

 

 Témoins impassibles

 Des fureurs climatiques

Ils s’exposent paisibles 

 Dans une grâce poétique

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 13:57

img047 

  

 

Chanté, loué par tes sirènes

Ton univers maintenant loin

Tu l’as rêvé comme un Eden   

Cet éloignement est ton besoin

 

Inaccessible sans témoin

Tu  entretenais le secret

Ce paradis est néanmoins

Pour ton bien être un grand projet

 

Tu vis là bas finalement

Et je t’ai perdu pour longtemps

Pourquoi jouerais-je les protecteurs ?  

 

Aujourd’hui ma vie est ici

Mais cet ailleurs t’était promis

Et  je n’espère que ton bonheur

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 10:56

Pavot 

 

C'est d'une beauté brune

Do nt je voudrais parler

Mes mots ont des lacunes

Pour tout bien formuler

 

C'est encore par l'image

Que je la connais mieux

Des souvenirs sauvages

De son corps merveilleux

 

Privé de sa tendresse

Je suis devenu fou

Son allure de déesse

Me manquant plus que tout

 

Aucun parfum de femme

Si suave, si envoûtant

Ne libéra mon âme

De son suc si troublant

 

Comblé par ses tendresses

Et cette intimité

Elle était la prêtresse

J'étais son prisonnier

 

Sa chevelure voilant

La divine caresse

Par de doux mouvements

De sa bouche maîtresse

 

Entre ses cuisses fines

Un petit coin douillet

D'où coule une cyprine

Me remplit de regrets

 

Glissant ma langue voleuse

M’enivrant des délices

De la source juteuse

Toute de miel et d'épices

 

Caresser de ma main

Ses lignes affolantes

La chute de ses reins

Me poursuit et me hante

 

Sentir son corps menu

Dans l'étreinte serrée

Contre le mien tendu

A jamais bouleversé

 

L'image de ses seins

Au port si élégant,

Si petits, si mutins

Au galbe si charmant

 

Sa peau dont le velours

N'est qu’une pâle copie

A scellé mon amour

Et transformé ma vie

 

L'éclat de son visage

Qu'une jouissance émerveille

Garde une fraîcheur sauvage

A l'éclat sans pareille

 

De son corps alanguis

En travers d'un lit

Cette vision à jamais

Sera mon doux secret

 

Son regard malicieux

Pourrait tout raconter

Car nous étions bien deux

Et je n'ai pas rêvé

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 10:44

 

Arbre mort 

 

  

 

Dans le flot tourmenté de mes nuits sans sommeil

Les anges et les démons se disputent mon ciel.

Emotions déferlantes, tourbillons où s'éveillent

Des idées noires qui distillent leur fiel.

 

 

Dès le petit matin, mon esprit vagabonde

Et fuit par les méandres de sentiers embrumés.

Toutes ces heures, prostré, à vomir le monde

Désirs assassinés, avenir inhumé

 

 

Tel un vieil arbre mort qui attendrait la foudre,

A se laisser abattre, il faut bien se résoudre.

Plus une goutte de pluie, plus un rayon solaire.

 

 

Asséchés les espoirs ! Aucun signe de vie !

Et, pour m'accompagner, ni famille ni ami.

Mes ténèbres pour toujours règneront sur la terre

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 10:14

  P1080030-copie-1.JPG  

 

Explosant de fraicheur,

Un flot de tendresse

A envahit mon cœur

Le bonheur? Sinon Qu’est ce?

 

Je devrais m’affoler

Me poser des questions

Comprendre et m’inquiéter

Rejeter l’illusion

 

Au lieu de tout cela

Je succombe à l’ivresse

Et accorde mon pas

Sur ceux de ma maitresse

 

Envahit de bien être

Tout va si simplement

Que je crois la connaître

Depuis la nuit des temps

 

L’amour quand il survient

Est si facile à vivre

Que rien ne me retient

Pour librement la suivre

 

En connaissant ma belle

Vous en seriez conquit

Et vous me feriez d’elle

Toute une apologie

 

Je l’aime en frissonnant

D’une émotion si pure

Ce sentiment puissant

Est d’un si bon augure

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 14:49

 FH000024

 

 

 

 

J’ai trouvé une fille jolie,

Venue éclairer ma vie.

Toujours bien intentionnés,

Les copains m’ont alerté.

Si tu ne veux pas te tromper,

Il te faut bien l’examiner.

Chercher les plis et les défauts

Et t’assurer de ce joyau

Si elle n’a pas de l’eczéma

Des verrues ou un xanthélasma

Ni escarre, Ni éruption

Ni crevasse, ni pinçon

Gare à l’herpès et aux gerçures

Aux furoncles et aux engelures

Attention aux tiques et aux mycoses

 Bien surveiller les ecchymoses

Observe les furoncles et les dermites

Comme la teigne et les prurits

S’il n’y a pas de pellicules

Elle aura surement des ridules

Plus grave encore les verrues ou les brulures

Les boutons de fièvre et les enflures

Souvent on trouve des poils aux nez

Et parfois même des cors aux pieds

A contrôler les ampoules, les papillomes

La sueur, la bave, les hématomes

Pire encore les crevasses et l’urticaire

Une morve, du cérumen ou des glaires

Tu verras de suite les rides et les bourrelets

Peut être pas la galle et les orgelets

Les ampoules, les durillons aux pieds

Ou tout autre chose atrophié

Il fallait bien les laisser parler

Au moins au nom de l’amitié

Rien de tout cela je n’ai décelé

 Ni dyschromie, Ni acné ou rosacée

Pour vous dire, je n’ai rien trouvé

Que deux beaux yeux énamourés

Tous les bavards, tous les jaloux,

Aujourd’hui…..je m’en fous

 

 

 

 

"TOUTE RESSEMBLANCE AVEC DES PERSONNES EXISTANT OU AYANT EXISTEES SERAIT LE FRUIT D UNE PURE COINCIDENCE"

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 14:24

 3537762610 1d0321fb18[1]

 

Instruments dans les mains, les musiciens s’accordent

Dans une cacophonie le biniou s’époumone

Dès l’appel à la danse, tout le monde s’enchaîne.

Retrouvant les racines d’une tradition bretonne

 

 

Dans la fraternité de cette longue chaîne

Qui se lie fermement chaque fin de semaine

Les pas battent le sol dans un rythme effréné

Comme disant les anciens pour se défatiguer

 

 

Les sonneurs se renvoient chaque phrase musicale

Les esprits ancestraux semblent jaillir de terre

Chacun puise l’énergie d’une ferveur générale

 En plongeant follement dans cette transe altière

 

 

 

Après plusieurs minutes le ton simple se termine

Par deux on se retrouve en cortège pour le bal

Avec son partenaire un ballet se dessine

Puis l’allure reprend en file vertébrale

 

 

La musique à huit temps repart de plus belle

Le son de la bombarde assure un même élan.

La musique résonne aux airs originels

Comme le kan ha diskan aux accents émouvants

 

 

 

En veillée s de l’aire neuve comme dans les cours de fermes

Des pays de l’Argoat, tradition séculaire

Vibre la Dans Tro Plinn, toujours comme un emblème

 De ce peuple laborieux aux traditions grégaires

 

 

 

 

 

 

Dans Tro Plinn : Danse traditionnelle Bretonne originaire du centre Bretagne

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 10:28

imagesCAUV13N3 

 

 

 

Il raisonne souvent de façon importune

Objet de mes espoirs trop souvent contrariés

Guettant sa sonnerie et la bonne fortune

De ta voix chaude et douce souvent trop éloignée.

 

 

 

Objet encombrant, futile accessoire,

Mon esprit est tendu à toutes ses vibrations

En attente inutile sombre mon désespoir

L’amour est si cruel mais riche en émotions.

 

 

 

Parfois de ton écho il se fait messager,

Passionnément allié de ma profonde joie,

En paroles de miel et de tendres baisers,

M’envahit de bonheur en entendant ta voix

.

 

 

Ultime fil de vie réunissant nos cœurs,

L'avenir de notre amour ne tient qu'à ses messages

Fidèle confident, complice de nos ardeurs

Nos propos amoureux, il retient en otage.

 

 

 

 

Plusieurs jours sans appel, silence délétère

Il reste collé à moi sans aucune défaillance

En témoin impuissant d’une passion éphémère

Sa chaleur amicale adoucit ma souffrance

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 11:20

terrasse-copie-1.png 

 

 

Proche de toi à nouveau, et déjà la même peur

Si tu partais encore,  à n’importe quelle heure       

Mais pour me rassurer, convenons d’un stratagème

Dans l’éventualité de ce contexte extrême            

    

 

Découvrant ton erreur,  paniquée, maladroite,

Pressée de me rejoindre, tu me trouveras toujours

En entrant dans la salle dans le fond sur la droite

Je patienterai là, à t’attendre chaque jour

 

 

En tous points en tous lieux cette règle s’appliquera

Ce mode de ralliement toujours nous sauvera

Dans la foule chaque fois, on renouera partout  

 

 

Dans les pièges d'une vie en détours imprévus

Je ne veux plus risquer de te perdre de vue

 Même dans les ténèbres envers et contre tout

Repost 0
Published by libre necessite - dans Poème
commenter cet article

Présentation

  • : Libre nécessite
  • Libre  nécessite
  • : "Venant d’un petit coin de moi même que j’affectionne particulièrement, juste à la lisière de l’âme, lieu secret de mes enchantements passagers" Louis Calaferté
  • Contact

Romans

img522.jpg      img521.jpg      img520-copie-1.jpg

 

Texte Libre

<!--************CODE GEOCOUNTER************-->
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/actualites_par-theme.php?compte=342271291005"  target="_blank"><img src="http://geoloc9.geo20120530.com/private/geocounter.php?compte=342271291005" border="0" alt="par theme"></a>
<br><a href="http://www.icisonneries.com/sonneries/">sonneries</a>
<!--************END CODE GEOCOUNTER************-->