Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 12:43

bonnets-rouges_scalewidth_630-1-.jpg

Sur fond de chômage et de difficultés économiques, il règne en Bretagne un climat de rébellion. Si la manifestation contre l’Ecotaxe cristallise brusquement tous les mécontentements, le mouvement de contestation regroupe des combats bien différents.

En effet alors que les ouvriers de l’industrie agro-alimentaire vient défendre les emplois menacés, viennent en soutien les patrons du Médef, les agriculteurs productivistes de la FNSEA, les transporteurs routiers qui amènent dans les super marchés les avocat du Chili, les fraises d’Espagne et les crevettes d’Equateur, les poids lourds qui livrent les tourteaux de Soja venus du Brésil pour nourrir le bétail, la grande distribution et leur combat du travail dominical, les identitaires fascistes de Jeune Europe et quelques groupements nationalistes Bretons…

Alors lorsqu’Armor lux dans un magnifique coup de pub fournit quelques centaines de bonnets rouges, le rapprochement est vite fait avec la révolte historique du 17eme siècle.

 

Rappel historique de la révolte des Bonnets rouges.

Le  3 avril 1675,  quand quelques manifestants cassent quelques vitres à  Rennes, on est loin de se douter que débute en Bretagne une révolte que l’on appellera la révolte des Bonnets rouges.

Englué dans la guerre de Hollande depuis trois ans, le roi, en manque de financement, décide de lever de nouveaux impôts : Une taxe sur le papier timbré, une taxe sur le tabac, une taxe sur les objets en étain. Au delà de ces impôts plane la menace d’introduire l’impôt sur le sel, la gabelle, dont elle est exemptée.

Les bretons ont d’autres bonnes raisons d’être mécontents d’un roi qui ne respecte pas les droits du parlement et les « libertés bretonnes », garanties issues du traité d’union de la Bretagne à la France .Partout le processus est le même. Les bureaux de papier timbré ou de marquage de vaisselle en étain sont pillés.

A Nantes, le duc de Chaumes, gouverneur de Bretagne est assiégé le 3 juin dans son château. Humilié, il cache au roi dans ses rapports la gravité de l’agitation.

Les campagnes se révoltent à leur tour, particulièrement en Basse Bretagne (Vannetais, Cornouaille, Trégor, Léon).

 Les insurgés du Poher choisissent un bonnet rouge comme signe de ralliement, ceux du pays bigouden, un bonnet bleu.

 

C’est à Carhaix que va se situer le centre de la révolte.

 

Le samedi 6 juillet, un groupe de paysans et d’artisans conduits par Sébastien Le Balp, ancien notaire royal à Carhaix, sorti de prison pour vol en 1674, attaque et pille la résidence de Claude Sauvan, fermier des devoirs à Carhaix.

 

Quelques jours plus tard, on passe de la révolte antifiscale à la révolte antiseigneuriale  

 

Face à l’arrivée attendue à Carhaix du gouverneur de Chaulnes avec une armée de 6 000 hommes, Le Balp, chef des Bonnets rouges, dispose d’une troupe de 30 000 paysans  mais  veut constituer une armée capable de résister.

Il investit  le château du Tymeur à Poullaouen près de Carhaix, dont le propriétaire, le marquis de Montgaillard, qu’il connaît bien.

Alors que Le Balp est venu pour négocier ,profitant d’un instant d’inattention de Le Balp, le marquis de Montgaillard  le tue d’un coup d’épée. Le Balp mort, la troupe des Bonnets rouges est désorganisée et les paysans s’enfuient après avoir incendié le château.

 

La révolte se termine, la répression démarre aussitôt après la mort de Sébastien Le Balp et s’amplifie dès que des troupes pénètrent en Bretagne  (A Rennes  le 12 octobre)

Il est difficile de faire un bilan global de la répression car le roi ordonne la destruction de toutes les archives judiciaires concernant la rébellion. Seuls restent visibles, dans le pays Bigoudin, les destructions de clochers d’églises.

Les Etats de Bretagne acceptent l’année suivante une augmentation de toutes les demandes financières. Par contre la gabelle ne sera jamais instaurée en Bretagne

Les rapprochements des paysans avec une partie de la bourgeoisie annonce déjà 1789

 

En conclusion

En dehors des bonnets rouges choisi comme emblème, la comparaison s’arrête là. Lorsqu’on connait la fin malheureuse de cette lutte, on peut s’interroger sur l’intérêt de cette référence historique.

Tout cela ne doit pas cacher les véritables difficultés des ouvriers de l’industrie agroalimentaire et du monde paysan en général qui s’enfoncent dans  ses choix catastrophiques qui oublient de produire local pour consommer local.  

Partager cet article

Repost 0
Published by libre necessite - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Esclarmonde 24/11/2013 10:26

Bonjour Dan et merci pour ces éclaircissements. Une agriculture respecteuse de l'environnement serait la bienvenue malheureusement ce qui nous attend pour le moment est la fermeture ces usines à
cochons et à poulets remplacés par l'importation de viandes de qualité encore plus suspecte d'Allemagne ou de Pologne... Et des gens désespérés sont encore plus faciles à manipuler. Passe un bon
dimanche, bises Esclarmonde

libre necessite 04/12/2013 06:44



Merci Esclarmonde, cette pseudo révolte ochestrée par le Médef et le FNSEA provoque de nombreux débats en Bretagne. Certains portent le bonnet rouge simplement parcequ'il aime leur région sans
voir la manipulation du patronat. Bonne journée Bises Dan



mireille du sablon 12/11/2013 16:46

Plus je regarde les médias, moins j'ai de vrais infos, c'est dommage! Que penser de cette situation?
Bises du jour de Mireille du sablon

libre necessite 12/11/2013 18:41



Bonsoir Mireille,


Souvent les médias présentent les infos en choisissant un angle spectaculaire et "vendeur". Dans le cas de cette révolte, les composantes et les revendicationt sont multiples et parfois
contradictoires, c'est donc l'image la plus forte qui l'emporte. Bises Dan  



Cardamone 09/11/2013 19:02

Quelle triste patauge!

libre necessite 12/11/2013 07:58



Merci de ce passage Cardamone,


Chaque jour qui passe montre bien que certains ont été manipulés dans cette affaire. Dommage pour les salariés licenciés de l'industrie agro-alimentaire qui avaient des revendications légitimes.
Bonne journée Dan



Jonas D. 05/11/2013 10:41

Sévères instants. C'est vrai que ramener ces heures revendications au drame des "bonnets rouges" du XVIIè n'est pas vraiment encourageant. Nous avançons dans une civilisation à bout de souffle,
incompétente à pérenniser le bonheur pour tous. Et la malbouffe nous tue chaque jour pour gaver le profit. C'est désespérant. Si ces bonnets rouges du XXIè... Faut pas rêver.
Jonas

libre necessite 06/11/2013 20:57



Merci Jonas, Je suis très déçu de voir toutes sortes de revendications dans ce mouvement qui parfois sont assez antinomiques. Les indépendentistes pensent que 30 000 personnes souhaitaient
l'indépendance alors que les routiers pensent que 30 000 personnes ne veulent pas les voir payer l'Ecotaxe. Un vraie gabegie ! Bonne soirée Dan  



Lenaïg 05/11/2013 00:17

Oui, mouvement plus que douteux, en effet et nuisant aux revendications justifiées, bravo, Dan.

libre necessite 06/11/2013 20:46



Bonsoir Lenaïg, ravi de te retrouver. Le lobby des routiers et les patrons de l'agroalimentaire ont bien manoeuvré pour éviter cette mesure qui aurait du être bonne pour l'écologie. Bises Dan



Présentation

  • : Libre nécessite
  • Libre  nécessite
  • : "Venant d’un petit coin de moi même que j’affectionne particulièrement, juste à la lisière de l’âme, lieu secret de mes enchantements passagers" Louis Calaferté
  • Contact

Romans

img522.jpg      img521.jpg      img520-copie-1.jpg

 

Texte Libre

<!--************CODE GEOCOUNTER************-->
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/actualites_par-theme.php?compte=342271291005"  target="_blank"><img src="http://geoloc9.geo20120530.com/private/geocounter.php?compte=342271291005" border="0" alt="par theme"></a>
<br><a href="http://www.icisonneries.com/sonneries/">sonneries</a>
<!--************END CODE GEOCOUNTER************-->