Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 14:45

6701b2ec-f4a3-4924-8c23-59c0c0089221.grid-6x2[1] 

 

Non je ne vais pas parler de la mode féminine de la dernière décennie mais de cette tendance de plus en plus fréquente parmi les jeunes et orchestrée par ces concepteurs du lock branché.

Jeans qui tombent sur les chevilles, sous vêtements apparents, chaussures délacées, dégaine de gorille… une mode étonnante a envahi les rues de nos villes depuis quelques années. Elle est promu par des adolescents qui n’en connaissent souvent ni l’origine, ni la signification.

Le pantalon taille basse est apparu dans les prisons surtout américaines où les ceintures sont enlevées aux détenus pour des raisons de sécurité tout comme les lacets de chaussure. Ces objets pouvant être utilisés comme arme sur d’autres détenus mais aussi pour un suicide par pendaison, sont formellement interdits dans le milieu carcéral.

Porter ce genre de pantalon était aussi le signe de ralliement des prisonniers après leurs sorties en s’affichant ouvertement. Cette habitude est devenue par extension une forme de protestation contre l’ordre établi

La mode s'est propagée dans les guettos jusqu'à inspirer le "fashion" style actuel. La tendance est vraiment devenu un style lorsque certaines stars du Rap ont commencé à les porter Fin des  années 80. Ensuite les fans de Hip-Hop n’ont fait qu’imiter leurs vieilles idoles. Puis cette pratique fut reprise par les amateurs de skateboard affichant très clairement une attitude décontractée qui n’a plus aucune connotation de révolte.

Après de nombreuses plaintes  aux Usa, aucune condamnation n’a été prononcée contre cette pratique vestimentaire même si certaines villes ont pris des arrêtés d’interdiction.

 Quel symbole peut représenter aujourd’hui le port de la taille basse ?

Ces jeunes ne seraient ils que des prisonniers ou les esclaves de cette société de consommation ?

Comme souvent le paradoxe est total puisque des grandes marques de vêtements ont largement accompagné cette tendance en banalisant cette mode décontractée.

Ce look indécent ne choque plus beaucoup aujourd’hui et l’image de caïds, chef de clan, a fait long feu.

Appelé « Sagging pants » aux Usa signifiant bien l’affaissement à la fois du pantalon mais aussi d’une  allure alanguie et d’une démarche trainante. 

Ou encore nommé « Bagging pants » en faisant référence à la silhouette d’un grand sac de patate

Ce look se recherche et s’affine avec le temps. Différentes tendances se crées selon le type de sous vêtement qu’il laisse entrevoir : Slip ou caleçon 
Pour les filles c’est aussi l’occasion de laisser découvrir le string et sa jolie dentelle. On appelle  « queue de baleine » cette forme  en « Y » de la partie visibles du string, lorsque celui-ci dépasse du pantalon, volontairement ou non.

Choquant ou indécent pour certains, qui fustigent cette jeunesse qui ne respecte rien, pas même une certaine décence qui est de mise en public. Ridicule ou dégradant pour d’autres qui s’en amusent plutôt qu’ils ne fustigent. Indifférent pour une majorité qui considère à juste raison d’il faut que jeunesse se passe et que ces signes à la fois de  rébellion  et de reconnaissance sont probablement nécessaires à cet âge.

 

Je me revois dans les années  60  avec les cheveux longs, de la barbe, des tuniques en coton ou des chemises tunisiennes, des gros pulls en laine, des sacs en cuir en bandoulière et des Clarks usées. Une pipe à la bouche, la plupart du temps éteinte car j’oubliais de la rallumer, ce qui ne réussira jamais à faire de moi un fumeur.

 

Ce mouvement prônait la paix et l'harmonie dans le monde entier en rejetant, lui aussi, le mode de vie traditionnel de nos parents.

Cette contestation se focalisait contre le conformisme et la soumission au pouvoir en place.

Déjà à cette époque nos cherchions à fuir la société de consommation en mettant en avant les valeurs écologistes et égalitaires.

Les mouvements précurseurs du mouvement hippie étaient liés à un contexte de contre- culture.

 Ces aspirations étaient héritées des écrivains, de musiciens, d'artistes et de personnes portant intérêt la philosophie de la beat génération ainsi que des philosophies orientales.

Le phénomène hippie naissait aux Etats unis et plus particulièrement de San Francisco. Les manifestations contre la guerre du Viêt Nam et les émeutes des noirs dans les grandes villes américaines fédérèrent une partie de la jeunesse.

 

Les hippies apparaissent comme les héritiers de toutes les contestations de l'idéologie moderne progressiste, et surtout de l’impérialisme militaire et consommation ostentatoire.

 

Ces éléments de référence sont :

-     Une vie communautaire et la recherche de la spiritualité. Les hippies sont attirés par les religions ancestrales et la spiritualité des religions orientales.

-     Tous les mouvements contestataires occidentaux, de la Renaissance au XIX eme siècle .Certains ont par exemple attirés l'attention sur la ressemblance des hippies avec les moines paillards de François Rabelais(1448-1553).

-     L'héritage romantique du XIX eme siècle : les hippies comme les romantiques sont en effet adeptes des voyages : voyages intérieurs ou déplacements géographiques à destination principalement de l'orient. A cette époque, des poètes et artistes comme Gérard de Nerval, Théophile Gautier ou Charles Baudelaire se réunissaient pour gouter et expérimenter le haschich.

 

L’appellation baba cool est un synonyme familier de hippie.

Les Beatniks, qui étaient plutôt intellectuels, individualistes et aventuriers, furent les premiers à contester la société matérialiste. Ils inspirèrent par la suite les hippies qui prirent en fait exemple sur eux, à la différence près qu’ils venaient plutôt des couches défavorisées du peuple et militaient contre la pauvreté et la misère. Mais ces Beatniks ne croyaient absolument pas en Dieu à la différence des hippies qui eux recherchaient une spiritualité.

 

Les hippies étaient des gens qui désiraient avant tout profiter de la vie, par exemple en usant de drogues diverses, d'autres recherchaient la spiritualité. Ils méprisaient le confort et les intellectuels.

 La majorité d'entre eux sortaient d'un milieu bourgeois, mais en avaient honte. Ils firent leur apparition au milieu des années 60, connurent leur apogée un peu partout dans le monde après mai 68, et déclinèrent vers la fin des années 70, pour laisser la place aux punks qui était un mouvement assez violent n'ayant plus rien à voir avec "Peace and love".

 

De cette époque, j’ai sauvegardé ma barbe, perdu mes cheveux et ma coccinelle Volkswagen rouge avec des autocollants en forme de grosses marguerites. Mes idées n’ont rien perdues de leur idéal pacifiste et anti capitaliste. Je suis devenu altermondialiste sans avoir besoin d’en porter l’uniforme.

Je me dis que ce pantalon qui tombe en accordéon sur les pieds,  ce ne doit pas être très facile pour marcher mais puisque c’est leur choix, je le respecte. Ma seule véritable question est de savoir vers quoi ces jeunes marchent-ils ?

 

complaint.480[1]           

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by libre necessite - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Jacinte 02/05/2011 23:34


Tout à fait d'accord avec ton analyse "vestimentaire", je me souviens moi aussi de mes tenues baba cools ;) à faire frémir mes parents ;) : une chemise militaire, un petit gilet à rayures tricoté
par mes soins, une tunique coupée dans la chemise de nuit de ma grand-mère :D
Je n'ai jamais été choquée par l'habillement de mes enfants... comme tu dis, il faut que jeunesse se passe et c'est leur façon de nous montrer leur différence.
amitiés


libre necessite 03/05/2011 07:38



Merci de ce partage Dan



Line 02/05/2011 22:49


un article très interressant ,
je dirais qu'à chaque époque correspond sa jeunesse
j'ai du mal a appréccier cette mode

bonne soirée

un sourire de la Corse du Sud


libre necessite 02/05/2011 22:53



Merci encore de tes visites, je viens juste de te laisser un message sur ton blog. A bientôt Dan



m. 02/05/2011 11:29


ma grand mere n'a jamais portée de pantalon, ma mere avait des fleurs dans les cheveux et des grandes tuniques colorées.Je fait partie de cette "génération" taille basse sans en porter les
vetements. Chaques générations se marquent de son style , de ses idées, de ses defauts aussi, mais dans le fond nous sommes (ou avons était) tous les memes.
Je me demande ce que reserve la génération suivante .
j'ai adoré l'article.
amicalement m.


libre necessite 02/05/2011 11:42



Merci pour ce partage de tolérance . Bises Dan



Olga Guyot 02/05/2011 10:55


Ce qui m'a fait rire, moi, c'est qu'un jeune qui était venu chez moi et qui portait un pantalon taille basse, c'est retrouvé à quatre pattes par-terre, car celui-ci lui était redescendu sur les
chevilles !!! Pour le reste, comme tu le dis si bien, nous avons tous eu nos périodes...
Amitiés
Olga


libre necessite 02/05/2011 11:44



Merci Olga, à bientôt Dan



Promeneuse 02/05/2011 08:41


Bel article, instructif, comme souvent, merci Dan pour ces rappels et pour ces découvertes.
Amitiés
Promeneuse


libre necessite 02/05/2011 09:07



Merci Promeneuse de ce passage sympathique Dan



Présentation

  • : Libre nécessite
  • Libre  nécessite
  • : "Venant d’un petit coin de moi même que j’affectionne particulièrement, juste à la lisière de l’âme, lieu secret de mes enchantements passagers" Louis Calaferté
  • Contact

Romans

img522.jpg      img521.jpg      img520-copie-1.jpg

 

Texte Libre

<!--************CODE GEOCOUNTER************-->
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/actualites_par-theme.php?compte=342271291005"  target="_blank"><img src="http://geoloc9.geo20120530.com/private/geocounter.php?compte=342271291005" border="0" alt="par theme"></a>
<br><a href="http://www.icisonneries.com/sonneries/">sonneries</a>
<!--************END CODE GEOCOUNTER************-->