Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 10:20

Photos-publiees-5-0491.JPG

 

Enfant, tout nous semble promis. En voyant les adultes, on est impressionné par ce que font nos parents et en admiration face à tant d’exploits réalisés au quotidien dans le monde qui nous entoure. Notre désir est de grandir au plus vite pour entrer dans ce monde d’adulte qui paraît si attrayant. Déchiffrer le journal ou monter sur un vélo deviennent des épreuves à réaliser pour être admis dans le monde des grands.

Certains se voient pompiers, docteurs ou cosmonautes. On ne doute pas d’être capable de toutes les prouesses vues à la télévision, mais en se confrontant à la réalité, on découvre nos difficultés dans les activités, particulièrement sportives et artistiques à l’école ou extrascolaires. Sauter toujours plus haut, courir plus vite que les autres ou apprendre à jouer d’un instrument de musique, relèvent d’efforts insurmontables. L’évolution de nos progrès est si lente que notre détermination est vite émoussée.  C’est le désappointement et le découragement qu’il nous faut admettre et digérer. Encouragé par les parents, on se concentre sur les domaines qui semblent le mieux nous réussir. Chaque avancée est saluée par notre entourage mais la route semble bien longue avant d’atteindre les succès que l’on avait imaginés. Les plus doués d’entre nous trouvent leur épanouissement, d’autres finissent par capituler par désenchantement et la pression de leur entourage.   

Avec la compétition qui nous est imposée, les échecs successifs sont parfois cruels. Nos rêves ainsi confrontés à la réalité laissent place à une certaine désillusion.  

A l’adolescence,  on a déjà abandonné un bon nombre de nos ambitions et le doute s’installe dans notre vie, même dans les domaines pour lesquels on a quelques satisfactions, une crainte subsiste. Cette remise en question est difficile et nous pousse à l’isolement. En dehors de quelques uns qui soutenus fermement par leur entourage, se réalisent dans un domaine particulier, les hésitations nous envahissent parfois au point de nous inhiber totalement.

 Cette époque de notre vie est délicate et douloureuse. Avant de bien se connaitre et s’accepter tel qu’on est, le monde semble parsemé d’embuches. Face à l’image d’un ainé, parent ou ami, l’adolescent se construit par imitation de son modèle mais peut aussi prendre radicalement le contre-pied par une profonde aversion.

Petit à petit, on se concentre sur nos points forts en faisant au mieux pour être à la hauteur des attentes de notre famille. Des limites s’imposent à nous dont on sent bien qu’elles nous imposent de revoir à la baisse la plupart de nos ambitions.

Sur le plan intellectuel, les examens et les concours vont contribuer à fixer notre situation dans la société. Malgré un réel potentiel, certains sont déjà définitivement mis au banc de la société et pour eux le chemin sera encore plus difficile.

En participant à des épreuves sportives, la confrontation est aussi sans appel et nous fait prendre conscience de notre vrai niveau. Dans tous les cas la pression est très forte et certains peuvent lâcher prise.

En vieillissant on réalise l’étendue de nos imperfections. On transige, on s’adapte pour trouver notre place dans le monde du travail. On fait l’expérience des humiliations quotidiennes face à tous les pouvoirs auxquels ont est assujettis. En dehors du soutien de quelques amis, la société se révèle féroce, avec le plus souvent une absence totale de solidarité qui entraîne jalousies et rivalités à tous les niveaux.

Le couple est bien la sphère où l’on souhaite trouver un refuge d’entente mutuelle et de soutien indéfectible. L’alchimie entre les deux époux n’est possible qu’avec  partage, indulgence et compréhension. S’il existe une rivalité dans cette intimité, l’échec est assuré et les blessures sont lourdes de conséquences.

 On apprend à se connaitre, chaque jour un peu plus. Avec stupeur on s’aperçoit que l’on retrouve dans nos pensées et nos comportements, les mêmes défauts que ceux qui nous agaçaient tant chez nos parents. Cela nous incite à beaucoup plus de tolérance et de compréhension vis-à-vis de notre famille.

La leçon n’est pourtant pas suffisante pour éviter les travers de notre propre éducation pour construire une famille et élever des enfants. Le plus souvent, on ne peut s’empêcher de reproduire les mêmes erreurs, en laissant place aux non-dits en oubliant combien nous-mêmes avons pâtis de ce manque de communication. Par manque d’attention et excès de pudeur, on laisse passer les bonnes occasions en pensant que plus tard il sera toujours possible de réagir, alors qu’il n’en est rien.

 

L’âge aidant on assume nos manques plus facilement et on regarde la vie avec plus de lucidité. Si les frustrations sont bien digérées, il est même possible de trouver un certain confort de vie. Il est de toutes façons trop tard pour s’amender, le monde autour de nous continue de tourner sans qu’on prendre de l’emprise sur lui.

Alors qu’on était près à tout, on se découvre bon à rien.

Chacun s’accommode de ses remords comme de ses regrets, même si on exprime des excuses à tous ceux que l’on a pu décevoir, on ne peut qu’assumer les conséquences. On comprend un peu tard, qu’il est impossible de revenir en arrière et encore moins d’effacer toutes les plus mauvaises pages de notre vie. L’existence qui s’écrit au jour le jour n’est pas un brouillon dont on aura ensuite l’occasion de retranscrire au propre, toutes les tâches et les ratures apparaitront quoi qu’on y fasse.

Un moment de fragilité ou d’inattention peut avoir de lourdes conséquences. Même si on admet ne pas avoir toujours été à la hauteur de la situation, il s’avère impossible d’être pardonner. Chaque parole trop hâtivement prononcée, chaque prise de décision malencontreuse, sera profondément gravée. Nos faiblesses ne peuvent en aucune façon nous valoir de l’indulgence. Pour nos proches, l’amour ne peut exister sans preuves d’amour et toutes les bonnes intentions ne suffisent pas à combler les carences.  

A l’heure du bilan, il n’est nullement question de réussite sociale, de popularité ou même de fortune amassée. On ne fait pas obligatoirement preuve d’indulgence pour soi-même car nos défaillances s’imposent à nous avec trop d’évidence.

N’étant pas croyant, la notion de jugement dernier m’est totalement étrangère. Mais sans redouter une justice divine, je sais que la vie, elle-même, suffit à faire perdre leur superbe à tous ceux dont l’arrogance à fait perdre l’humilité nécessaire. Au regard de l’insignifiance de notre passage sur terre, une certaine modestie s’impose.

Obligé d’affronter notre profonde vérité en face, une seule chose importe, trouver une certaine dignité dans l’ensemble de cette existence chaotique. Aux yeux de notre famille et des quelques personnes qui nous sont proches et malgré les faiblesses de la nature humaine, a-t-on fait face correctement à nos responsabilités en toutes circonstances ?    

 

Personnellement, je ne réclame aucune indulgence et puis, comment être déçu d’un homme dont on n’attendait rien ?

Partager cet article

Repost 0
Published by libre necessite - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Eve Océane 01/03/2014 09:03

Qui est donc ce « on » qui n'attendait rien ?
Tout être humain a ses limites physiques, intellectuelles, émotionnelles… dont l'une peut être la croyance qu'elles ne peuvent être repoussées ou qu'elles invalident notre vie. Un mot, un regard
peuvent nous y enfermer, alors que d'autres nous font découvrir que ce qui semblait barrière est, en fait, une porte qu'il suffit de pousser. Les années passant, certaines portes grincent un peu et
résistent, de plus en plus définitivement, à l'ouverture, mais ce n'est pas une raison pour oublier tous les chemins incomplètement explorés qui restent à l'intérieur.
Belle fin de semaine malgré le temps.
Bises. Eve

libre necessite 01/03/2014 15:02



Merci Eve, un parcours de vie furtivement sur terre. Bises Dan



Déclic Photos 28/02/2014 18:53

Plus que l'imperfection ou le manque c'est l'importance que l'on donne à la personne qui est importante. l'ensemble ne forme en finalité que le parcours d'une vie.
Amitiés
Roger

libre necessite 01/03/2014 15:00



Merci Roger, un parcours de vie comme un passage furtif. Bon week end . Dan



Jeanne Fadosi 27/02/2014 12:02

paroles de sagesse. bien peu perdent l'arrogance

libre necessite 27/02/2014 20:40



Merci Jeanne, l'arrogance est toujours un mauvais choix quel que soit l'âge, mais au moment du bilan c'est le bide assuré. Bises Dan



Jonas D. 27/02/2014 09:23

Salut Dan, comme beaucoup, après une longue marche (tant rêvée malgré les difficultés) tu as posé ton corps sur le banc et, le regard flottant, tu as repassé l'itinéraire. Tu t'es dit que deux ou
trois chemins n'étaient pas les bons, que tu n'aurais sans doute pas dû les pratiquer avec celle-ci ou avec celui-là, et que pour rentrer avant l'orage un raccourci serait bienvenu. Simplifier la
course en rangeant la folie du "Moi, j'ai fait, moi je sais..." Trouver enfin son humilité dans le renoncement et la simplification.
Je me reconnais dans cet article. Mais qui ne se reconnaîtrait pas ? Tu as atteint cet âge où tu deviens universel dans tes propos car ton expérimentation fait sonner juste la pendule.
Merci pour ce bilan droit dans ses bottes... plutôt... dans ses chaussures de marche.
Sur cette route-là tu as mon amitié.
Jonas.

libre necessite 27/02/2014 20:38



Merci Jonas pour cette compréhension et ce soutien. Amitiés Dan



mireille du sablon 27/02/2014 08:42

Bonjour Dan,
Que dire après la lecture de ton article? Que je m'y retrouve en partie? oui sans doute mais...une fois toutes les questions posées sans réponses, les constats...il me faut continuer la/ma route et
je le fais au quotidien. Depuis ma "retraite" ( cessation d'activités salariées), j'écris le deuxième tome de ma vie.J'ai décidé de faire selon mes envies et je vis! Les contraintes, je m'en
habitue. Je suis "tournée" vers les autres sans me laisser "absorber"...juste pour me sentir en accord avec moi-même.
Je te souhaite beaucoup de belles "choses"...
Bonne journée, gros bisous de Mireille du Sablon

libre necessite 27/02/2014 20:36



Oui Mireille, " en accord avec soi même " Bonne ligne de conduite. Bises Dan



Présentation

  • : Libre nécessite
  • Libre  nécessite
  • : "Venant d’un petit coin de moi même que j’affectionne particulièrement, juste à la lisière de l’âme, lieu secret de mes enchantements passagers" Louis Calaferté
  • Contact

Romans

img522.jpg      img521.jpg      img520-copie-1.jpg

 

Texte Libre

<!--************CODE GEOCOUNTER************-->
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/actualites_par-theme.php?compte=342271291005"  target="_blank"><img src="http://geoloc9.geo20120530.com/private/geocounter.php?compte=342271291005" border="0" alt="par theme"></a>
<br><a href="http://www.icisonneries.com/sonneries/">sonneries</a>
<!--************END CODE GEOCOUNTER************-->