Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 07:23

bl2xtbe2-2-.jpg

Le « bag –Noz » ou « bateau de nuit » appelé aussi «Le bateau des morts ».

Comme souvent chez les peuples marins dans le monde, les âmes des morts perdus en mer embarquent dans un vaisseau, nommé le bateau des morts.

 En Bretagne, cette  barque noire se nomme Le Bag-Noz suivant de vieilles légendes, les âmes, une fois séparées du corps, ne peuvent franchir un cours d'eau, sans l'aide d'une barque ou d'un pont, c'est pour le salaire du batelier qu’à une certaine époque, on plaçait une pièce de monnaie dans la main du défunt.
La légende du bateau des morts est l'une des premières qui aient été constatées sur le littoral breton et qui existait sans doute bien avant la conquête romaine.

 au VIe siècle Procope rapportait en ces termes :
« Les pêcheurs et les autres habitants de la Gaule qui sont en face de l'île de Bretagne sont chargés d'y passer les âmes, et pour cela exempts de tributs. Au milieu de la nuit, ils entendent frapper à leur porte. Ils se lèvent et trouvent sur le rivage des barques étrangères où ils ne voient personne, et qui pourtant semblent si chargées qu'elles paraissent sur le point de sombrer et s'élèvent d'un pouce à peine au-dessus des eaux. Une heure suffit pour ce trajet, quoique, avec leurs propres bateaux, ils puissent difficilement le faire dans l'espace d'une nuit. »
Ce navire des morts n'a pas disparu de la tradition contemporaine, et de 1830 à nos jours, il figure dans plusieurs récits, recueillis en divers points de la Bretagne.

Selon les conteurs traditionnels, les  apparitions du Bag Noz se déroulent ainsi : «Les pêcheurs de mauvaise vie, et qui se soucient peu du salut de leur âme, sont réveillés la nuit par trois coups que frappe à leur porte une main invisible. Alors ils se lèvent, poussés par une force surnaturelle. Ils se rendent au rivage, où ils trouvent de longs bateaux noirs qui semblent vides, et qui pourtant s'enfoncent dans la mer jusqu'au niveau de la vague. Dès qu'ils sont entrés, une grande voile blanche se hisse seule au haut du mât et la barque quitte le port, comme emportée par un courant rapide. Ces bateaux chargés d'âmes maudites ne reparaissent plus au rivage, et que le pêcheur est condamné à errer avec elles à travers les océans jusqu'au Jugement. »
La croyance au navire des morts se retrouve aussi, sous des formes variées, d'après C. d'Amazeuil, ce bateau doit, jusqu'à la fin des siècles, aller de plage en plage, d'île en île, à la recherche des corps des marins pour les ramener au hameau qui les a vu naître.

Les Bolbiguéandets du Morbihan, qui sont des espèces de korrigans, forcent des voyageurs à entrer dans une barque noire, où se pressent des fantômes. Quand elle est chargée, elle part avec la rapidité d'une flèche pour une île inconnue. Les âmes s'envolent, la barque repart, le conducteur tombe dans un sommeil profond, et, le lendemain se retrouve endormi à terre.
C'est le Bag-Noz, le bateau de nuit, qui fait, sur mer, l'office que le Carrik Ankou, le Chariot des morts, fait sur terre. Il est commandé par le premier mort de l'année. Mais à l'île de Sein, l'homme de barre du Bag-Noz est le dernier noyé de l'année.

Une femme, dont le mari avait disparu en mer sans que son corps eût été retrouvé, l'aperçut qui tenait la barre, un jour que le Bag-Noz passait tout près d'une des pointes de l'île. Ce bateau se montre quand quelque sinistre doit se produire aux environs, il apparaît sous une forme assez indécise à la tombée de la nuit et son équipage pousse des cris à fendre l'âme. Dès que l'on veut s'en approcher cependant, la vision disparaît.

Les soirs d'été, quand le vent se tait et que la mer est calme, on entend gémir les rames et l'on voit des ombres blanches voltiger autour des bateaux noirs. Les légendes bretonnes connaissent une sorte de navire-enfer navigue sans repos et est monté par un équipage de damnés, composé de tous les « faillis » matelots, des coquins morts sous la garcette pour vol à bord ou des lâches qui se sont cachés pendant les combats.
Presque chaque année, le jour des Morts, on le voit apparaître. On le reconnaît, ce sont ses voiles, ses cordages, sa mâture.
Alors le gardien du phare de crier aux gens du port : « Accourez ! Veuves, voici vos maris; Orphelins, voici vos pères ! »
Et les femmes accourent, suivies de leurs enfants, tous s'attellent à la drome et halent le bateau. Bientôt près du quai, chacun reconnaît ceux qui sont à bord : « Bonjour, mon homme; bonjour, mon père; bonjour, Pierre, Nicolas, Grégoire ! » Mais l'équipage ne répond pas.
« Venez donc, que nous vous embrassions. »
A ces mots on entend sonner la messe, et aussitôt les voiles, le bateau, l'équipage, tout disparaît; les femmes et les enfants des naufragés s'en vont à l'église en pleurant.
« Payez vos dettes » murmure autour d'eux la foule.


Au péril de la mer au crépuscule, l'équipage d'un navire voit surgir dans la pénombre, la silhouette indécise d'un vaisseau mystérieux, toutes voiles dehors et pavillon noir en berne, dont nul ne peut dire de quelle direction il vient ni vers où il se dirige.
Au moment où vous le regardez, il s'évanouit brusquement pour réapparaître aussitôt dans un autre azimut.
La rencontre de ce vaisseau-fantôme ou bag-noz (bateau de nuit) est un funeste présage : elle annonce un coup de tabac et, peut-être, votre propre naufrage.
De même, les marins ont longtemps porté une boucle d'oreille en or en prévision d'un décès éventuel loin de leur foyer. Ils pouvaient ainsi bénéficier de la bénédiction d'un prêtre, qui se remboursait en récupérant l'objet.

Partager cet article

Repost 0
Published by libre necessite - dans Contes et légendes
commenter cet article

commentaires

Magalune 23/03/2013 23:32

Bonsoir

Il y a un moment que je ne m'étais pas aventurée par ici et je retrouve avec plaisir ces morceaux de culture bretonne qui, à travers les livres, ont bercé mon adolescence et continuent de me
passionner aujourd'hui.
merci pour ces instants de partage toujours agréables et enrichissants.
belle nuit

libre necessite 02/04/2013 07:52



Bonjour Magalie, je suis très peu présent sur le blog mais j'apprécie beaucoup cette charmante visite. Je n'ai pas beaucoup de temps pour reprendre ces récits pour l'instant. Bises Dan



valdy 10/03/2013 19:45

Cela mériterait un développement romanesque ... la scène des veuves et des orphelins avant l'appel de la messe est poignante et marquante...

libre necessite 18/03/2013 17:46



Je te sens prête à saisir ce sujet ... alors pourquoi pas. Je te lirais avec plaisir. je t'embrasse chère Valdy. Dan



flipperine 23/02/2013 23:40

les bretons sont des gens très croyants et supersticieux aussi

libre necessite 24/02/2013 10:36



Oui Flipperine n'est ce pas la même chose ? Bises Dan



Nina Padilha 23/02/2013 16:48

Tout cela donne froid dans le dos.
Pas de barques, chez moi, mais parfois, la nuit...
Tu as lu mon dernier poème ?

libre necessite 24/02/2013 10:38



Bonjour Nina, avec la nuit la lune et la mer sont capable de tant de malice. Bises Dan



Esclarmonde 23/02/2013 16:33

La noirceur de ces légendes s'expliquent par le caractère périlleux de la vie de marin, et ces apparitions me font penser à celle de la banshee... En tout cas, ce n'est pas "la croisière s'amuse".
Très intéressant en tout cas, bises et bonne soirée

libre necessite 24/02/2013 10:39



Merci Esclarmonde. Des superstitions qui refletent le respect pour la mer. Bises Dan



Présentation

  • : Libre nécessite
  • Libre  nécessite
  • : "Venant d’un petit coin de moi même que j’affectionne particulièrement, juste à la lisière de l’âme, lieu secret de mes enchantements passagers" Louis Calaferté
  • Contact

Romans

img522.jpg      img521.jpg      img520-copie-1.jpg

 

Texte Libre

<!--************CODE GEOCOUNTER************-->
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/actualites_par-theme.php?compte=342271291005"  target="_blank"><img src="http://geoloc9.geo20120530.com/private/geocounter.php?compte=342271291005" border="0" alt="par theme"></a>
<br><a href="http://www.icisonneries.com/sonneries/">sonneries</a>
<!--************END CODE GEOCOUNTER************-->