Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 08:13

baguette magique001[1] 

 

Noël se prépare dans toutes les maisons. Tradition venue d’on ne sait où, les guirlandes lumineuses clignotantes et les pères noël qui se pendent aux fenêtres comme des désespérés  ont envahit le quartier. La neige n’est pas au rendez vous des plus romantiques, mais le froid fige tout à l’extérieur.

Chez le Fournier, grande activité dans la cuisine. Il n’est pas prévu de recevoir des invités mais toute la famille s’affaire, dans la bonne humeur à préparer des délices sous les ordres de la maitresse de maison. Leurs voisins les Gauthier sont plutôt d’amateurs de musique. Toutefois à entendre le vacarme à tous les étages, leurs goûts sont assez hétéroclites et révèle un vrai conflit de génération.

En face, habitent les Gurvan. La maison est plus modeste mais bien entretenue. Ici c’est le père qui est au fourneau, une petite fête de famille se prépare. La petite Léa ne croit plus au père noël depuis ses sept ans le mois dernier. Peu lui importe la surprise, elle sait que ce sera son plus beau cadeau car sa maman lui confectionne avec application une magnifique tenue de fée. Après plusieurs essayages la robe sera bientôt prête.

L’accessoire principal elle ne l’a pas encore vu car la baguette magique c’est le père qui a été en charge de la confectionner. Une tige en plastique trouvée au bord de la rivière lors d’une partie de pêche. Une sorte de tuteur de la plante verte qui découpée à la bonne taille et recouvert de papier aluminium ferait  l’affaire.  L’étoile a été découpée soigneusement dans du carton assez épais, recouvert de fausses perles et de gommettes dorées. Le tout attend bien caché dans le garage jusqu’à la fin de la soirée.

Chacun a sa vision de ce moment magique. La plupart des parents a fait des achats sans compter dans une ambiance euphorique dans des magasins surpeuplés et bruyants. Dans cette petite banlieue reculée l’atmosphère était plutôt bon enfant, comme chaque année, une retraite aux flambeaux organisée par les écoles entretient une liesse très appréciée par la population.  

Un peu avant minuit, le repas de fête enfin terminé, impossible d’aller au lit en espérant trouver le sommeil. Les parents de Léa aussi impatients que leurs enfants ne pouvaient plus respecter le cérémonial du lever magique pour se précipiter au pied du sapin, l’ouverture des cadeaux pu se faire pour le plus grand plaisir de tous. Sans plus se préoccuper de son frère et de sa sœur, elle enfile nerveusement sa panoplie de fée. En tournant sur elle-même elle apprécie la belle ampleur de la robe qui trainait légèrement sur le sol. Toute la famille avait le nez des ses paquets, le bonheur se lisait sur tous les visages dans un brouhaha de rires et de cris.

Léa, elle, se fige devant son père avec le visage renfrogné pour exprimer son impatience. Avec un sourire entendu, entre les deux parents, le père se lève et se dirige vers le garage pour récupérer l’objet magique qui manquait encore au déguisement. Dès que Léa reçoit sa baquette avec une belle étoile collée à son extrémité, son visage s’illumine et ses yeux se mettent à briller d’un étrange éclat.

La nuit a été courte, l’excitation des enfants ne leur à pas permit de trouver le sommeil rapidement. Le calme étonnant  s’était pourtant établit dans la maison, chacun au fond de son lit se fabriquait des rêves. Léa accepta de quitter sa robe mais exigea de garder avec elle sa jolie baguette.

Tout le monde connaissait la petite Léa dans le quartier. La famille Gurvan était d’ailleurs très appréciée du voisinage. Noël était déjà bien loin mais personne ne s’étonna de toujours rencontrer la petite fille avec son petit bâton coloré dans les mains.

Pour aller à l’école, la petite gardait son secret au fond de son cartable. Tous les prétextes étaient bons pour aller y chercher un livre ou bien sa trousse et contrôler avec plaisir la présence de sa baguette.

Dans les allées du marché ou bien à la boulangerie accompagnant sa mère, elle brandissait sa baguette pour envoyer symboliquement un sort merveilleux à tout ce qu’elle touchait. Le chat de la voisine avant eu le premier ce privilège ensuite toutes les petites fleurs du jardin, maintenant chaque personne de sa connaissance avait droit à son vœu magique. Le plus souvent, son petit manège faisait sourire les personnes élues mais ses parents commençaient à s’inquiéter de cette obsession persistante.

Ce matin, un plombier s’est déplacé pour réparer une fuite dans la salle de bain, sans même s’en rendre compte, la petite l’a salué à sa façon pendant que l’ouvrier s’adresse à son père pour expliquer l’étendue des réparations à envisager. Le lendemain, il ne se présente pas comme prévu pour débuter les travaux. Le père s’offusque de ce contre temps sans imaginer que le pauvre homme est cloué au lit par d’affreux cauchemars.

Trempé de sueur, perclus de douleurs articulaires, il se voit vivre avec vingt deux ans de plus avec toutes les perceptions désagréables dues aux palpitations cardiaques et aux sensations d’étouffement. Durant près de vingt quatre heures, le plombier croit vivre sa mort prochaine.

Le jour suivant, il se rend sur les lieux du chantier en expliquant ses malaises fulgurants et en s’excusant de son retard. Il a retrouvé toute sa santé physique et mentale et s’affaire à son ouvrage. Par bouffées d’angoisse, il repense de temps à autre sa malheureuse expérience, n’y trouvant aucune explication rationnelle.

Quelques jours plus tard, c’est le remplaçant du facteur qui subit le même sort à vivre une journée complète des affres  de sa future vieillesse. Personne ne le connaissait dans le quartier et son absence n’a pas été remarqué lorsqu’il reprend son service le lendemain matin comme si de rien était.

Par la suite, sans que la petite ne se rende compte de son pouvoir, elle infligea involontairement les mêmes désagréments au préposé du gaz venu relever le compteur, le livreur de la nouvelle machine à laver de ses parents, et même un client de passage chez le charcutier du coin de la rue. En fait, chaque fois, il ne s’agissait que de personnes totalement étrangères au quartier et que la petite n’avait jamais rencontré auparavant. Bien sûr, aucune de ses victimes ne pouvaient imaginer qu’ils devaient ce maléfice à cette gentille petite fille et sa badine de malheur.

La petite, elle-même n’avait aucunement conscience de ses pouvoirs. Un jour pourtant un évènement anodin lui apporta une brusque lucidité sur son influence étrange.

Paul était venu passé quelques jours de vacances chez des amis, personne ne l’avait aperçu dans ce quartier auparavant, il pratique régulièrement un jogging matinal. Une première fois, il évite de justesse la baguette de la petite, en faisant un brusque écart pour ne pas la percuter. Le lendemain, intriguée, Léa veut absolument touché le garçon au passage, mais une fois encore, elle ne réussit pas à l’atteindre. Ils se rencontrèrent à plusieurs reprises dans d’autres circonstances mais  il usait toujours de tous les stratagèmes possibles pour éviter d’être touché.

Ce pouvait il qu’il connaisse le pouvoir de Léa et de sa badine en plastique argentée ?

Durant quelques jours, chacune de leurs rencontres est un jeu qu’eux seuls connaissent. Toutes les tentatives de la petite Léa restent vaines. Paul chaque fois trouve une parade élégante pour échapper aux conséquences de la baguette.

Comme ils leur arrivent quelques fois, ce matin Léa est partie avec toute sa famille pour une partie de pêche. La maman, toujours bien organisée avait élaboré un pique-nique avec de savoureuses salades et quelques clafoutis dont elle avait le secret. La douceur de ce début de printemps ensoleillé annonçait une magnifique journée. Les deux plus grands aidaient leur père à préparer les lignes à l’endroit habituel. La mère de son coté étend un grand plaide et déplie  deux grands fauteuil relax, elle savait parfaitement que son mari la rejoindrait bientôt pour partager un moment de repos. Léa se promène sur le bord de la rivière, en brandissant toujours sa baguette de fée pour faire profiter les arbres, les buissons et les fleurs de son pouvoir magique.

Venant de l’autre rive, elle entend un appel. Elle aperçoit Paul faisant de grands gestes pour attirer son attention. Ces deux là, ne s’étaient encore jamais adresser la parole.

Léa l’avait parfaitement reconnu, elle s’approche du bord pour l’écouter.

-         « Bonjour Léa, je suis heureux de te rencontrer, il faut que je te parle. Veux-tu bien m’écouter ? »

-         « Bonjour » répond simplement la petite.

-         « Remontons la rivière ensemble, nous pourrons parler en marchant vers  cet étang où les nénuphars ont envahit la surface de l’eau. »

Sans répondre Léa s’avance vers l’amont de la rivière, attentive à ce que va lui dire le garçon.

-         « Cela fait des mois que tu te promènes chaque jour avec ta baguette, parfois, il t’ait arrivé de jeter de drôle de sort.  Bien sûr, tu ne le fais jamais avec de mauvaises intentions mais cela a eu des conséquences que tu ne mesures pas. »

Léa continuait à marcher doucement, très attentive mais pas vraiment surprise des propos de Paul.

-         « Je ne sais pas très bien dans quelles conditions tu as pu obtenir ces pouvoirs mais maintenant, il te faut être raisonnable et rendre ce maléfice qui t’a été confié par mégarde. »

-         Léa pour la première fois répond « je n’ai rien volé, et je n’ai jamais voulu faire de mal, pour moi ce n’est qu’un jeu. »

-         « Je sais parfaitement tout cela mais aujourd’hui c’est le bon moment pour rendre ce pouvoir magique à sa propriétaire. Un peu plus loin, quand je te le dirai, tu jetteras ta baguette au milieu de la marre où la Groac’h pourra ainsi récupérer ce don qui n’aurait jamais du quitter le monde des fées. »

Léa suivait toujours le bord de la rivière avec une certaine inquiétude qui figeait de plus en plus son visage. Pour la rassurer Paul continua de s’adresser à elle :

-         « La Groac’h est une très vieille fée qui fait partie des Mary-Morganes bien connues dans la région. Elle reçoit encore quelques fois la visite de jeune femme désespérée de ne pouvoir enfanter. Son don est réputé depuis longtemps mais les gens d’aujourd’hui sont de moins en moins enclins à croire aux pouvoirs des fées. Tu n’as rien à craindre d’elle, la pauvre ne se souvenait même plus que ce don que tu as récupéré lui appartenait. Il y a bien longtemps qu’elle ne jette plus le moindre sort aux humains.»

-         « Ai-je réellement fait du mal  avec ma baguette de fée ? ce n’était qu’un jeu pour moi et je ne pouvais me douter des conséquences. »

-         « Ne t’inquiètes pas de cela non plus, seules les personnes inconnues recevaient ce sort, très désagréable mais qui ne durait que quelques heures. Sans le savoir tu infligeais à ces personnes de vivre une des dernières journées de leur vie  avec toutes les douleurs physiques et les angoisses précédant le trépas. »

-         « Mais pourquoi m’avez-vous évité dès notre première rencontre ? A croire que vous aviez découvert ce secret alors que moi-même je ne me doutais de rien. »

-         « Mon histoire serait un peu longue à te raconter mais saches que La Groac’h est ma marraine. Elle a veillé sur mon berceau alors que ma mère avait la fièvre. Bien plus tard ma mère m’a expliqué qu’elle avait eu recours  au servie de la vieille fée pour être mère. »  

-         « En somme vous êtes vous-même un peu sorcier. Possédez-vous d’autres dons de voyance ou bien avez-vous d’autres pouvoirs cachés ? »

-         « Non ma chère Léa,  Même si je rends visite à ma marraine aussi souvent que je peux, elle ne m’a jamais transmis le moindre pouvoir surnaturel et j’en suis bien content. »

Arrivés à un endroit où le lit de la rivière devenait très large, un étang est presque totalement recouvert de feuilles de nénuphars avec quelques fleurs d’un rose un peu passé. En plein milieu de cette étendue calme se trouvait un rocher à fleur d’eau, une sorte de plate forme recouverte de mousse.

Paul demande à Léa de lancer sa baguette le plus loin possible vers le milieu de la marre. Ce qu’elle fait immédiatement, finalement assez contente de se délivrer de cet objet plus maléfique qu’elle ne le pensait et  qui avait pris trop de place dans sa vie.

Paul appelle la fée à plusieurs reprises avant que l’eau ne se mette à frémir puis bouillonner. Une magnifique créature portant une robe magnifique avec un long voile qui lui recouvrait la tête.

-         « Chère Marraine, je te présente Léa qui te rapporte un de tes pouvoirs que tu avais certainement égaré. »

-         « Enchanté de te connaitre ma petite Léa, je te suis très reconnaissante de m’avoir restitué ce don qui ne me sert plus beaucoup. Il me faut être vraiment plus ordonné pour que cela ne se reproduise plus. »

Malgré son âge, peu facile à déterminer, Léa est très impressionnée par la beauté de cette femme qui lui apparait ainsi mystérieusement comme dans un rêve. Devant cette apparition intimidante, elle ne peut absolument pas dire un seul mot. La Groac’h pour lui éviter une trop grande émotion tenta de la rassurer tout à fait.

-         «Chère Léa, je te vois régulièrement te promener sur les bords de cette rivière avec ta famille. Tu es une charmante petite fille qui fera la joie et l’admiration de ses parents car tu es promise à un bel avenir. Tu me ferais très plaisir si tu voulais bien accompagner de temps à autre Paul lorsqu’il me rend visite. Nous prendrons le temps de parler tranquillement, tu me raconteras ta vie et moi je te conterai les vieilles légendes du marais et sans doute je te  livrerai des secrets malgré moi lors de nos conversations. »

Léa ne répond rien et s’éloigne de quelques pas pendant que Paul fait ses adieux à sa marraine. Elle est radieuse, un peu gênée toutefois de réaliser enfin comment elle a pu se ridiculiser avec cette baguette de pacotille qui ne la quittait pas depuis des mois.

Elle promit à Paul de l’accompagner chaque fois qu’il viendrait aux abords de cette rivière car elle était déjà très impatiente de rencontrer à nouveau la bonne fée.

Elle court maintenant rejoindre sa famille qui s’apprête à déjeuner dans l’herbe. Comme chaque fois, le repas préparé par sa maman était délicieux mais cette fois il avait un goût plus particulièrement magique.

Partager cet article

Repost 0
Published by libre necessite - dans Contes et légendes
commenter cet article

commentaires

Rom 08/10/2011 18:58


Alors là... J'aime tellement l'atmosphère qui se dégage de tes écrits. Celui ci tout particulièrement. Encore bravo, c'est génial !


libre necessite 09/10/2011 17:45



Merci Rom, bienvenu chez moi. Avec des commentaires comme celui là , reviens quand tu veux. Dan



Jacinte 21/05/2011 00:15


Bonsoir Dan,
j'ai commencé à lire mais je t'avoue avoir été découragée par la longueur ;) tu devrais faire des chapitres ce serait plus accessible aux lecteurs un peu paresseux comme moi (du moins sur
écran).
De ce que j'ai lu, tu as une belle écriture, mais ça j'avais déjà remarqué !
Bon week-end :)


libre necessite 21/05/2011 10:01



Merci Jacinte Bon week end Dan



Olga Guyot 20/05/2011 09:23


Bonjour Dan,
Comme c'est un joli conte, un peu de rêverie fait tant de bien. Un retour vers l'enfance et cette fête de Noel qui n'est vraiment plus la même maintenant.
Bises
Olga


libre necessite 20/05/2011 10:30



Encore merci Olga d'être passée, Très bonne journée Dan



Mireille du Sablon 20/05/2011 07:45


....joli conte breton à lire et relire!
bon vendredi, bise amicale, Mireille


libre necessite 20/05/2011 07:48



Merci Mireille, avec toi voilà une belle journée qui commence. Bise Dan



Sandisa 20/05/2011 07:43


Dans notre monde sans rêves un conte plein de fraicheur attire immanquablement ! en as-tu d'autres à partager ?


libre necessite 20/05/2011 07:46



Merci Sandisa pour ces encouragements bonne journée Dan



Présentation

  • : Libre nécessite
  • Libre  nécessite
  • : "Venant d’un petit coin de moi même que j’affectionne particulièrement, juste à la lisière de l’âme, lieu secret de mes enchantements passagers" Louis Calaferté
  • Contact

Romans

img522.jpg      img521.jpg      img520-copie-1.jpg

 

Texte Libre

<!--************CODE GEOCOUNTER************-->
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/actualites_par-theme.php?compte=342271291005"  target="_blank"><img src="http://geoloc9.geo20120530.com/private/geocounter.php?compte=342271291005" border="0" alt="par theme"></a>
<br><a href="http://www.icisonneries.com/sonneries/">sonneries</a>
<!--************END CODE GEOCOUNTER************-->