Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 13:33

 

  jeunes

 

On connaissait le sens du mot équitable, on le comprenait bien lorsqu’il signifiait un partage conforme à l’équité.  Qui a pu avoir cette idée saugrenue de l’associer au commerce ? Commerce équitable, oxymore de mauvais goût pour une démarche certainement louable mais pour laquelle je n’ai pas encore une grande confiance.

Profitant de cette nouvelle notoriété du mot, j’ai moi aussi  rapproché ce qualificatif du mot espoir qui ne figure nulle part dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

 

Espoir équitable !

L’espérance est elle équitablement  disponible pour tous ?

Je ne le crois pas.

Bien entendu, un travail, la santé, un logement décent, l’accès à l’éducation … etc. sont des droits majeurs mais que devient le droit de vie, le droit à l’espoir, lorsque ces revendications ne sont jamais entendues.

Il existe de très nombreux exemples d’exclusion, d’inégalité et de discrimination à travers le monde, j’ai choisi d’évoquer une situation pourtant proche de nous mais souvent ignorée.

 

Le jeune de banlieue, si souvent stigmatisé, montré du doigt, a-t-il  encore de l’espoir ?

 

Je me refuse à la peur de l’autre.  Pourtant par les mots d’ordre de nombreux politiques et dans les médias, tout est fait pour m’y pousser en jouant sur toutes les facettes du racisme,  de l’islamophobie, des thèses pseudo économiques anti immigration et surtout de cet ostracisme anti jeunes.

 

 

 D’aucun veule y voir de l’insécurité moi je n’y trouve que de la misère sociale engendré par une croyance quasi idéologique dans les marchés en niant la responsabilité sociale de l’état.

Par cette course aux profits une part de plus en plus importante de la population est exclue au point de vivre dans des conditions de grande précarité.

C'est dans certaines banlieues populaires que l'on retrouve la population la plus paupérisée. Pas de bidonville, mais des cités où il ne se passe rien ou pas grand-chose sur le plan de la vie sociale, économique ou culturelle.

Zones oubliées du progrès, souvent territoire abandonné à des populations mal intégrées, servant toujours de boucs émissaires pour une politique sécuritaire répressive. Ces réservoirs d’une main d’œuvre sous employée entretiennent aussi  un taux de chômage propice à maintenir un niveau de précarité  suffisant pour rendre les travailleurs plus inquiets et  plus dociles. 

 

Cette exclusion est également manifeste par le peuple de gauche et le monde ouvrier car cette population  est également totalement coupée des mouvements politiques et syndicaux. Peu d'associations sont capables de relayer les revendications profondes de ces quartiers. Je pense avant tout que pour s'engager dans des actions militantes, il faut avoir un minimum d'espoir de changement et une certaine vision d'avenir que malheureusement ces familles ne peuvent plus avoir. Leur quotidien difficile épuise toute leur énergie.

 

Ne faut-il pas considérer l'espoir comme première nécessité au même titre que l'emploi, le logement, les soins de santé et l'éducation?   

 

L'accumulation des inégalités et des discriminations se présente sous des formes diverses : Chômage ou précarité de l'emploi, insalubrité des logements, manque d'intégration des populations immigrées, harcèlement policier,  illettrisme grandissant, dégradation des services publiques, transports en commun par exemple, inégalité homme femme, surconsommation orchestré jusqu'au surendettement, …

La drogue et le racket viennent  aggraver les conditions de vie, ils ne représentent pas les causes du problème mais plutôt les conséquences.

Dès la petite enfance, l’école, faute d’une volonté et de moyens, ne peut pas lutter contre l’exclusion quasi héréditaire.

Cette ségrégation prend un sens plus aigu parmi les jeunes de ces banlieues qui voyant les conditions de vie de leurs parents et l’impossibilité  qu'ils auront eux-mêmes à prendre leurs places dans la société.

 

A entendre les politiques, la situation est identifiée comme explosive depuis longtemps.

Alors parfois, un évènement, non  élucidé,  assimilé souvent à une provocation policière fait réagir les jeunes  spontanément par solidarité  autour d’un sentiment d'injustice.

 

La méthode Sarkozy plus occupée à promouvoir son image audiovisuelle ne connait ni l'écoute et ni la concertation. Même après l’échec d’une politique où tout devait changer, il s’entête à annoncer « Vous allez voir ce que vous allez voir. »

Son passage à L’Elisée ne gardera que le souvenir de cette arrogance stérile.

 

Tous les médias, plus particulièrement télévisuels relaient parfaitement le refrain sécuritaire. Les images de véhicules en feu sont particulièrement brutales et symboliques dans l'opinion publique. Le manque de considération et la provocation sont suffisamment mobilisateurs pour entraîner les jeunes vers des manifestations incontrôlables.

 

Je ne cherche en rien à excuser mais uniquement à essayer de comprendre.

La colère des propriétaires de voitures brûlées est compréhensible quand dans ce même quartier ils ont durement travaillé pour les acquérir. Inacceptable aussi la peur des personnes du voisinage et la suspicion qui ne manque pas de s'installer dans les esprits pour longtemps.

 

Selon la méthode Sarkozy il s'agit d'un problème de moyens pour "Nettoyer" les quartiers. Lui qui a dit en s'adressant à des policiers de quartier " Votre travail ce n'est pas d'organiser des matchs de foot, mais c'est la répression" ne devrait pas changer de stratégie avant longtemps.

Le même Sarkozy nous a dit également " Le traitement social du problème a échoué, il faut maintenant rétablir l'ordre"

 

De quel traitement social nous parle t il?

Est-ce la libéralisation des contrats d'embauche? Est-ce l'exclusion du droit au chômage?   L'absence de véritable projet de construction de logements sociaux? Est-ce les moyens d'éducation qui ne cesse de diminuer et toujours menacés par la loi du profit?  Est cette politique "d'intégration" qui n'a même pas encore reconnu les droits de ses parents en France depuis de nombreuses années?

En réalité le système capitaliste ne peut s’en prendre aux causes du mal qui, en réalité, lui sont intrinsèques.

 

La désespérance se moque bien de la répression, elle trouve dans les affrontements l'occasion de s'extérioriser et pour quelques temps de se parer d’une forme de romantisme dans la rébellion ouverte pour une jeunesse qui n’a rien à perdre.

La délinquance ne pourra se résoudre par la prison où il n’existe aucune possibilité de réinsertion. 

Les médias, comme à leur habitude, restent axés  uniquement sur le spectaculaire en oubliant  l'investigation et l'analyse nécessaire.

 Ils relayent largement les réactions populistes et le désarroi du voisinage. Cette façon de faire contribue outrageusement à jeter de l'huile sur le feu.

 

"Je ne saisie pas la satisfaction que ces jeunes peuvent trouver à tout détruire?"

S’il existe une satisfaction liée au défoulement il faut surtout voir l’énergie du désespoir

 

" Nous assistons dans ces manifestations au syndrome des jeux vidéos"

Qui donc par cynisme peut assimiler cette colère à un jeu?

 

" Il faut rétablir dans notre société le respect de la propriété"

Pour certaines familles cela fait plusieurs générations que le mot de propriété n'a plus aucun sens.

 Sans accepter, ni justifier la violence, a quelles extrémités sont prêts les hommes s'ils n'ont plus rien à défendre, ni la dignité, ni l'espoir?

Les causes de cette insécurité ne sont que sociales et politiques. Les forces de l’ordre ne servent qu’à maintenir le joug pour permettre à l’exploitation de continuer.   

Le jeune est sans cesse exclut du monde du travail, des loisirs largement vantés par la publicité et de la vraie culture qui ouvre et enrichit l’esprit.

Il se rend compte que son avenir n'est que le chômage comme son père, et que son environnement se dégrade. Quel sens donne t il au mot espoir?

Comment se projeter dans un avenir qu'on ne peut clairement formuler faute de références positives?

En quel projet peut-il croire?

 

 Sans doute devrait-on parler d'espoir équitable.

 

Cette notion d'équité n'existe nulle part dans notre société et l'espoir d'une Europe "de compétition libre et non faussée" ne laisse présager rien de bon dans ce domaine. La compétition comme seule valeur de progrès.

Je me souviens avec émotion d’avoir approché Albert Jacquard, il y a quelques mois pour l’entendre dire « L’autre est ma richesse or la compétition est un combat propre à éliminer l’autre »

 

Sur un plan international, nous pouvons nous attendre à d'autres formes de révoltes si nous n'établissons pas également les mêmes valeurs de respect et solidarité avec les pays du sud. Le jour où cet africain trouvera intolérable de franchir à pied un désert, de risquer sa vie pour franchir les mers, de supporter une répression policière inhumaine, des conditions de vie insalubres, de la précarité avilissante…trouvera t il lui aussi une raison pour respecter la propriété?

 

Rendre une dignité à cette population française des plus défavoriser et faire en sorte d'établir un espoir équitable.

 

Un autre monde est possible, il ne se construira que sur l’équité en redonnant vie à l’espoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by libre necessite - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Capucine 23/03/2011 01:36


Bonsoir,

Je n'aime plus la politique car elle ne répond plus à mes yeux à ses objectifs, mais... Le respect de l'autre et de ses pensées me parait essentiel. Il faut apprendre aux enfants, l'avenir est
entre leurs mains.
Je retiens notamment la phrase d'Albert Jacquard "L’autre est ma richesse or la compétition est un combat propre à éliminer l’autre » Un sage, cet Albert !

Bonne nuit.

Capucine


Elo 21/03/2011 14:52


Je m'associe à ce cri! Nous vivons dans un monde où nos dirigeants travaillent à saper l'espoir... Ainsi ils maintiennent "le bas peuple" dans la peur, et surtout l'empêche d'agir!!!! Tout être a
droit à la dignité, au respect!!!! ... Même si on ne le comprend pas, même s'il est désespéré et commet des actes qui nous choquent!!!
Merci pour ce cri... Bises


Présentation

  • : Libre nécessite
  • Libre  nécessite
  • : "Venant d’un petit coin de moi même que j’affectionne particulièrement, juste à la lisière de l’âme, lieu secret de mes enchantements passagers" Louis Calaferté
  • Contact

Romans

img522.jpg      img521.jpg      img520-copie-1.jpg

 

Texte Libre

<!--************CODE GEOCOUNTER************-->
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/actualites_par-theme.php?compte=342271291005"  target="_blank"><img src="http://geoloc9.geo20120530.com/private/geocounter.php?compte=342271291005" border="0" alt="par theme"></a>
<br><a href="http://www.icisonneries.com/sonneries/">sonneries</a>
<!--************END CODE GEOCOUNTER************-->